Accueil

Accueil > Actualités > UNE MONNAIE EUROPEENNE : UN BEL HOMMAGE A NOS ANCÊTRES

UNE MONNAIE EUROPEENNE : UN BEL HOMMAGE A NOS ANCÊTRES

Par Jérôme Mermet Le 25 mars 2002 26 lectures

<center>UNE MONNAIE EUROPEENNE : UN BEL HOMMAGE A NOS ANCÊTRES</center>


2002 une année clé dans l’histoire des peuples européens

Après des millénaires de luttes fratricides, de tueries et de dévastations en tous genres, aujourd’hui, les européens ont décidé de sceller leur destin dans une économie commune et sans frontières ; la mise en circulation au 1er janvier 2002 des pièces et billets en Euro est la concrétisation fondamentale de cette union pour 300 millions d’européens.
C’est à la fois l’aboutissement d’un long processus de coopération entre les Etats, commencé en 1957 avec le traité de Rome et l’acte de naissance de la conscience européenne au niveau de chaque individu.
Depuis longtemps, le vieux rêve d’unifier l’Europe existe et l’histoire nous fournit de nombreux exemples où ce rêve est devenu cauchemar ; de Charlemagne à Hitler en passant par Napoléon, l’Europe se faisait par les armes avec l’oppression d’un peuple sur les autres ou plutôt d’un pouvoir sur un autre.
Cette construction là était nécessairement éphémère.
Aujourd’hui, c’est par la volonté des peuples que ce rêve se réalise et les peuples (les femmes et les hommes de l’Europe) veulent être libres et vivre en paix.


Je ne peux m’empêcher de penser à nos milliers d’ancêtres sacrifiés sur l’autel du nationalisme exacerbé, « morts pour la France », ou qui un jour furent mutilés ou estropiés ou encore dont les biens furent détruits ou pillés par les conflits armés ; que de souffrances injustes.
Qui aurait pu imaginer il y a à peine 60 ans, alors que nos pays se haïssaient et se faisaient la guerre, qu’aujourd’hui nous mettrions nos biens en commun au service d’un idéal de stabilité et de paix.

L’intelligence et la maturité européenne sont enfin là et si nos grands parents, nos aïeux pouvaient voir cela, je pense qu’ils seraient fiers de nous, fiers d’une époque de paix qu’ils n’ont jamais connue.

Norbert Masson