Accueil

Accueil > Notre histoire > Les Mermet célèbres > Claude Jules MERMET

Claude Jules MERMET

Par Jérôme Mermet Le 18 octobre 2003 275 lectures

Claude Jules MERMET est né le 27 Octobre 1867 à Villard-Saint-Sauveur, commune de Saint-Claude, dans le Jura. Il était le fils de Célestin Benjamin MERMET, qui fut tourneur, puis ouvrier diamantaire, et de Marie Céline Monneret.


Jules MERMET fut lui aussi diamantaire. Dès 1885, il fut trésorier du premier syndicat des diamantaires de Saint-Claude, dont il devint secrétaire en 1889.

Il épousa Irma Eugénie Verguet, fille d’un commerçant de Cinquétral le 15 Octobre 1894.

Il fut élu pour la première fois au conseil municipal de Saint-Claude en mai 1888. Dernier de la liste des élus avec 651 voix, il était aussi le plus jeune membre du conseil à 21 ans. Réélu en 1892, il était alors candidat radical. Il passa au parti socialiste et ne fut pas réélu en 1893. Il fut l’un des fondateurs du Cercle du Travail de la Ville. De même, il a été l’un des premiers de la coopérative d’alimentation de La Fraternelle. En 1896, il fut encore parmi les fondateurs de la coopérative Le Diamant.
A cause de sa mauvaise vue, il dût abandonner le métier de diamantaire en 1901 et il devint libraire à Saint-Claude. En 1908, il fut à nouveau membre du conseil municipal en tant que socialiste. Il perd ce siège puis il le retrouve en décembre 1919 dans la municipalité socialiste conduite par Henri Ponard. Il devint premier adjoint, et fit fonction de maire à partir de 1924, car Henri Ponard était retenu à Paris par son mandat de député.

Après le décès d’Henri Ponard le 12 mars 1928, il fut élu officiellement maire de Saint-Claude par 18 voix sur 20, le 10 mai 1928. Il dût faire face à la grande crise économique de 1929. Il se rendit aux Etats-Unis et au Canada pour essayer d’y lancer le commerce de la pipe. Dès 1920 il a été président de La Fraternelle et il le restera jusqu’à sa mort.

Durant l’occupation de 1940, cette coopérative fut un noyau de la Résistance. Le 7 Avril 1944 Claude Jules Mermet fut arrêté avec tous les administrateurs de la Fraternelle et conduit au camp de Compiègne. En Juin 1944, il évita de justesse d’être déporté en Allemagne, à cause de sa santé et de son âge. Il fut ensuite libéré par les Alliés. Le Comité de libération le renomma maire de Saint-Claude en Septembre 1944. Il ne fut pas candidat aux élections de 1945 et en mai 1945 c’est Fernand Michalet qui lui succéda.

Claude Jules Mermet a été un véritable apôtre de la paix et il abandonna après la guerre l’activité politique. Diverses disparitions dans sa famille atttristèrent beaucoup sa vieillesse.

Son fils, Georges Mermet (1905-1945) fut l’animateur de la Fédération des Jeunesses socialistes du Jura. Il participa à Saint-Claude à l’impression du Populaire, journal périodique clandestin durant l’Occupation. Arrêté lors de la grande rafle du 9 Avril 1944, il fut déporté à Buchenwald et y mourut le 15 avril 1945.

Claude Jules Mermet est mort le 30 décembre 1957 à Saint-Claude (Jura)